Que retenir de la Lima COP 20 ?

Vous en avez entendu parler dans les médias, Lima était sous les projecteurs des caméras du monde entier du 1er au 14 décembre. Les officiels de 196 Etats se réunissaient lors de la Lima COP 20 pour décider de l’avenir environnemental de notre belle planète et parvenir à fixer un consensus concernant les enjeux climatiques des 50 années à venir.

Qu’en est-il des résultats, des conséquences et de la suite de tout ceci ? Séance de rattrapage.

La Lima COP 20, qu’est-ce que c’est ?

La Lima COP 20 est la 20ème Conférence de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Elle s’inscrit dans la continuité  des précédents sommets mondiaux organisés par l’ONU après l’adoption du protocole de Kyoto en 1997.  5 ans après l’échec de Copenhague, la Conférence de Lima a pour objectif de fixer un accord mondial de lutte contre le réchauffement climatique qui devrait être signé à Paris l’an prochain.

video-cop-20-lima

Que retenir de la Conférence de cette année ?

Une majorité des Pays les Moins Avancés (PMA), plusieurs pays d’Amérique Latine, la Malaisie et la Chine ont exprimé leur désaccord sur de nombreux points d’une première proposition, notamment sur la participation aux contributions à la lutte contre le changement climatique. En effet la volonté d’un traité international indifférencié induit une absence de prise en compte des pertes et préjudices que peuvent subir de nombreux pays à cause des changements climatiques (les sécheresses et inondations qui ravagent les Pays en Développement par exemple). Aussi les négociations ont recommencé car il ne peut en résulter de la COP 20 qu’un consensus validé par l’ensemble des Etats présents. Le clivage Nord-Sud se révèle à nouveau et faute de consensus, une nouvelle proposition doit être « arrangée ». Libération y témoigne alors que la « moitié des délégués, comme de la presse, ont déserté » en cette fin de conférence…

Les résultats ?

De timides engagement de réduction des Gaz à Effet de Serre sont énoncés pour tenter de contenir la montée de la température à 2 degrés d’ici à 2100. Et de nombreuses ONG blâmant : « Un texte tombe à des années lumières des ambitions claironnées quinze jours plus tôt. »

Aussi certains révèlent un flou total sur les canaux de financement mis en place pour atteindre les 100 milliards d’aide annuelle d’ici 2020.

On retiendra :

L’importance selon Laurent Fabius, qui prépare dores et déjà la Paris COP 21, de « diminuer de 15% les émissions de GES |dans le futur accord international| et de les diviser par 3 d’ici 2050 ».

Que les grandes firmes sont plus audacieuses que les 196 Etats réunis car elles ont bien compris qu’elles ne pourront faire de business sans planète viable.

Qu’il « n’y a pas de plan B, car il y a pas de Planète B » – Ban Ki Moon, Secrétaire Génerale des Nations Unies

La manifestation « Cumbre de los Pueblos » en marge de la COP 20 qui a eu lieu le 10 décembre à travers Lima pour faire pression sur les preneurs de décision durant la COP20, en exigeant que les négociateurs officiels considèrent la voix grandissante des citoyens et peuples du monde. Tous les détails de leurs actions juste ici !

 

10850258_554849471312641_4876615172025877326_n
1535055_554849527979302_2066380494650306754_n